Prix littéraires : on fait le bilan

Crédit Photo : CC0 Public Domain via PxHere

Novembre est connu en littérature pour être le mois des prix littéraires. Goncourt, Renaudot, Femina, on fait le point avec vous sur les grands vainqueurs de 2019.

Petite promenade en librairie. Certains livres ont changé d’étagères pour se retrouver dans les meilleures ventes. D’autres désormais portent fièrement leur bandeau de prix littéraire car oui, novembre, c’est le mois des récompenses pour quelques auteurs. Qu’il s’agisse du prestigieux Goncourt, du Prix Femina ou de l’Interallié, tous ont un impact sur la vie des écrivains. Petit tour des lauréats :

Le Prix Goncourt

« Tous les hommes n’habitent pas le monde » de Jean-Paul Dubois. Le résumé : Cela fait deux ans que Paul Hansen purge sa peine dans la prison provinciale de Montréal, où il partage une cellule avec Horton, un Hells Angel incarcéré pour meurtre. Fils d’un pasteur danois et d’une exploitante de cinéma à Toulouse, Paul Hansen vivait déjà au Canada quand s’est produit le drame. À l’époque des faits, Hansen est superintendant à L’Excelsior, une résidence où il trouve à employer ses talents de concierge, de gardien, de factotum, et – plus encore – de réparateur des âmes et consolateur des affligés. Lorsqu’il n’est pas occupé à venir en aide aux habitants de L’Excelsior ou à entretenir les bâtiments, il rejoint Winona, sa compagne. Aux commandes de son avion, Winona l’emmène en plein ciel, au-dessus des nuages. Mais bientôt tout change. Un nouveau gérant arrive à L’Excelsior, des conflits éclatent. Et l’inévitable se produit.

Le Prix Goncourt des Lycéens

« Les choses humaines » de Karin Tuil. Le résumé : Les Farel forment un couple de pouvoir. Jean est un célèbre journaliste politique français ; son épouse Claire est connue pour ses engagements féministes. Ensemble, ils ont un fils, étudiant dans une prestigieuse université américaine. Tout semble leur réussir. Mais une accusation de viol va faire vaciller cette parfaite construction sociale.

Le Prix Renaudot

« La panthère des neiges » de Sylvain Tesson. Le résumé : En 2018, Sylvain Tesson est invité par le photographe animalier Vincent Munier à observer aux confins du Tibet les derniers spécimens de la panthère des neiges. Ces animaux discrets et très craintifs vivent sur un gigantesque plateau culminant à 5 000 m d’altitude, le Changtang. Situé au Tibet septentrional et occidental, il s’étend sur environ 1 600 km, du Ladakh à la province du Qinghai, et il est habité par les nomades Changpas. L’équipe atterrit à Pékin, puis prend la route à bord d’un 4X4 en direction du Tibet. Au fil des jours le convoi s’achemine vers des panoramas de plus en plus grandioses et déserts : là où la population recule, la faune avance et se déploie, protégée des effets nocifs de la civilisation. Sylvain Tesson décrit une sorte de savane africaine qui serait perchée à 4 000 mètres d’altitude, où l’on croise des troupeaux d’antilopes, des chèvres bleues, des hordes de yacks qui traversent de vastes étendues herbeuses où s’élèvent des dunes. L’équipe s’enfonce toujours plus loin, se hissant à des hauteurs qui dépassent largement ce que nous connaissons en Europe. À 5 000 m d’altitude s’ouvre le domaine de la panthère des neiges. Dans ce sanctuaire naturel totalement inhospitalier pour l’homme, le félin a trouvé les moyens de sa survie et de sa tranquillité. Les conditions d’observation deviennent très difficiles, il faut parfois rester immobile pendant trente heures consécutives par -30° C pour apercevoir quelques minutes le passage majestueux de l’animal…

Le Prix Femina

« Par les routes » de Sylvain Prudhomme. Le résumé : «J’ai retrouvé l’autostoppeur dans une petite ville du sud-est de la France, après des années sans penser à lui. Je l’ai retrouvé amoureux, installé, devenu père. Je me suis rappelé tout ce qui m’avait décidé, autrefois, à lui demander de sortir de ma vie. J’ai frappé à sa porte. J’ai rencontré Marie.» Avec Par les routes, Sylvain Prudhomme raconte la force de l’amitié et du désir, le vertige devant la multitude des existences possibles.

Le Prix Medicis

« La tentation » de Luc Lang. Le résumé : François, chirurgien, la cinquantaine, aime chasser. Il aime la traque, et même s’il ne se l’avoue pas, le pouvoir de tuer. Au moment où il va abattre un cerf magnifique, il hésite et le blesse. À l’instant où il devrait l’achever, il le hisse sur son pick-up, le répare, le sauve. Quel sentiment de toute-puissance venu du fond des âges l’envahit ? Quand la porte du relais de chasse en montagne s’ouvre sur ses enfants, que peut-il leur transmettre ? Une passion, des biens, mais en veulent-ils seulement ? Son fils, banquier, a l’avidité du fauve. Sa fille, amoureuse éperdue, n’est plus qu’une bête traquée. Ce sont désormais des adultes à l’instinct assassin. Qui va trahir qui ?

Le Prix Interallié

« Les choses humaines » de Karin Tuil. Un doublé pour l’auteure !

0 Comments
Articles Littérature / Comics récents
Casting News : Liv Tyler quitte 9-1-1: Lone Star, Tatiana Maslany obtient le rôle de She-Hulk, …
Rire tous ensemble avec Cabu
Supergirl : la série prendra fin avec sa saison 6
« Carry a Book » : le Tinder des lecteurs
La vie en dessin de Catherine Meurisse
Articles Littérature / Comics populaires
A vos commentaires

adipiscing amet, nunc accumsan consectetur libero efficitur. tempus