10 romans dramatiques à lire les jours de pluie

Crédit Photo : DR

En hiver, le temps est souvent maussade. Si certains profitent de la lecture pour s’évader vers des contrées plus chaudes, d’autres en contraire, préfèrent s’enfoncer dans la morosité ambiante avec des romans dramatiques. Focus sur dix ouvrages emblématiques.

Quand la nuit devient jour / Sophie Jomain

Couverture Quand la nuit devient jour / Sophie Jomain
Crédit Photo : DR

“On m’a demandé un jour de définir ma douleur. Je sais dire ce que je ressens lorsque je m’enfonce une épine dans le pied, décrire l’échauffement d’une brûlure, parler des nœuds dans mon estomac quand j’ai trop mangé, de l’élancement lancinant d’une carie, mais je suis incapable d’expliquer ce qui me ronge de l’intérieur et qui me fait mal au-delà de toute souffrance que je connais déjà. La dépression. Ma faiblesse. Le combat que je mène contre moi-même est sans fin, et personne n’est en mesure de m’aider. Dieu, la science, la médecine, même l’amour des miens a échoué. Ils m’ont perdue. Sans doute depuis le début. J’ai vingt-neuf ans, je m’appelle Camille, je suis franco-belge, et je vais mourir dans trois mois. Le 6 avril 2016. Par euthanasie volontaire assistée.”

 

Khalil / Yasmina Khadra

Couverture Khalil / Yasmina Khadra
Crédit Photo : DR

Paris, ville des lumières, nous sommes le Vendredi 13 novembre 2015. L’air est encore doux pour un soir d’hiver. Tandis que les Bleus électrisent le Stade de France, aux terrasses des brasseries parisiennes on trinque aux retrouvailles et aux rencontres heureuses. Une ceinture d’explosifs autour de la taille, Khalil attend de passer à l’acte. Il fait partie du commando qui s’apprête à ensanglanter la capitale.
Qui est Khalil ? Comment en est-il arrivé là ?

 

Un hiver avec Baudelaire / Harold Cobert

Couverture Un hiver avec Baudelaire / Harold Cobert
Crédit Photo : DR

Sa femme l’a mis dehors, son CDD n’est pas prolongé. Philippe est happé dans la spirale infernale et passe de l’autre côté de la barrière sociale: SDF, confronté à la dure loi de la rue, faite de solitude, de honte et de violence. Jusqu’au jour où il rencontre Baudelaire. Grâce à cet inénarrable compagnon d’infortune, et avec l’aide d’un vendeur de kebab, d’une riche veuve et d’une dame pipi, il réussit à remonter la pente.

 

Où on va, papa ? / Jean-Louis Fournier

Couverture Où on va, papa ? / Jean-Louis Fournier
Crédit Photo : DR

Un père décide d’écrire un livre à ses deux garçons handicapés : ses peines, ses remords mais aussi ses joies. Une œuvre littéraire plus que documentaire, sorte de déclaration d’amour disloquée, dans un style incisif et clair, faits de chapitres courts comme des respirations suspendues. 150 pages pour se souvenir de Mathieu et de Thomas, rire pour ne pas pleurer.

 

Ma vie pour la tienne / Jodie Picoult

Couverture Ma vie pour la tienne / Jodie Picoult
Crédit Photo : DR

Anna est une “enfant-médicament”. Elle seule peut encore sauver sa sœur. Mais Anna ne veut plus se sacrifier… A treize ans, Anne a déjà subi de nombreuses interventions et transfusions afin que sa sœur aînée, Kate 16 ans, puisse combattre la leucémie qui la ronge depuis son enfance. Anna sait qu’elle a été conçue pour être génétiquement compatible avec Kate et qu’elle est son seul espoir. Cependant, lorsqu’on lui demande de faire don d’un rein, l’adolescente refuse. Elle veut disposer librement de son corps et ira jusqu’au bout pour se faire entendre…

 

Danser au bord de l’abîme / Grégoire Delacourt

Couverture Danser au bord de l'abîme / Grégoire Delacourt
Crédit Photo : DR

« Moi, je crois au premier regard, maman. Je crois à la première impression. Je crois au langage de la chair. Au langage des yeux. Au vertige.
À la foudre.
— Ce à quoi tu crois, ma petite fille, cela aboutit au chagrin. »
Il y a les promesses que l’on se fait à vingt ans, et les rencontres que nous réserve le hasard. Il y a le bonheur que l’on croyait tenir, et celui après lequel on court. Il y a l’urgence à vivre.

 

Avant de t’oublier / Rowan Coleman

Couverture Avant de t'oublier / Rowan Coleman
Crédit Photo : DR

Votre âge. Votre adresse. Le visage de votre amant. Jusqu’au nom de votre premier enfant. Que feriez-vous si tous ces souvenirs commençaient à s’effacer ? Voilà la question qu’on se pose en lisant ce roman inoubliable dont le sujet est justement « l’édifice immense du souvenir ». Notre mémoire représente en effet notre identité ; oublier revient donc à disparaître, mourir à soi-même et aux autres, les perdre lentement. C’est à cette lente déliquescence de toutes choses que Claire est confrontée.
Lorsqu’elle entame son journal, elle sait déjà que ce carnet, empli des souvenirs qu’elle tente de sauver du naufrage, constituera bientôt tout ce qui restera d’elle pour ses filles et son mari. Car Claire souffre d’une forme précoce de la maladie d’Alzheimer et doit faire face à une crise familiale majeure au moment même où tout lui échappe. Comment trouver les mots pour sa fille, renouer avec cet étranger qu’est devenu son mari et faire la paix avec son passé avant que vienne l’oubli ?

 

Thornytorinx / Camille de Peretti

Couverture Thornytorinx / Camille de Peretti
Crédit Photo : DR

Depuis toujours, Camille est une princesse.
Elle doit donc avoir de jolies robes (traduisez: faire du shopping), être intelligente (comprenez intégrer une grande école de commerce) et être toujours la plus belle (en d’autres termes être mince). Elle s’attelle consciencieusement à la tâche et, à vingt ans, c’est une élève brillante, élégante, et une véritable brindille de 50 kilos pour 1 mètre 70. Mais lorsque ses études l’éloignent de ses rêves, que son coeur s’enflamme pour un beau ténébreux et que son poids commence à fluctuer, rien ne va plus. Son recours? Se faire vomir, systématiquement, jusqu’à l’obsession: Camille est devenue une boulimique anorexique. Seulement, les princesses ne sont pas malades, et pour l’ex-petite fille modèle va alors commencer un long et tortueux combat…

 

Un heureux événement / Eliette Abécassis

Couverture Un heureux événement / Eliette Abécassis
Crédit Photo : DR

« Désormais ma vie ne m’appartenait plus. Je n’étais plus qu’un creux, un vide, un néant. Désormais, j’étais mère. »

 

Le premier vrai mensonge / Marina Mander

Couverture Le premier vrai mensonge / Marina Mander
Crédit Photo : DR

Âgé d’une dizaine d’années, Luca vit seul avec sa mère et son chat Blu. Lorsqu’un matin, sa mère ne se réveille pas, le petit garçon, affolé à l’idée qu’on puisse l’envoyer dans un orphelinat, décide de taire sa mort et de continuer à mener une existence en apparence normale. C’est son premier vrai mensonge. L’histoire qu’il livre au monde extérieur est si bien ficelée qu’il finit par se convaincre qu’il n’est pas orphelin.

1 Comments
Articles Littérature / Comics récents
La Maison Victor Hugo à Paris rouvre ses portes
Hibook : Le spécialiste du marque-page
« Mortelle Adèle » bientôt sur le petit écran
« Magic Friends » : La BD où les dessins prennent vie
Quiz : Joël Dicker et son œuvre
Articles Littérature / Comics populaires
A vos commentaires

  1. Klam Michèle dit :

    Très belle sélection de livres ,çà donne envie ,donc il n’y a plus qu’a…..Félicitations à toi !!

efficitur. Aenean non ante. luctus dapibus