« L’enfant d’Oradour » : l’histoire vraie du seul enfant ayant survécu au massacre

Crédit Photo : Davdavlhu [CC BY-SA 4.0], via Wikimedia Commons

Le 10 juin 1944, la population d’Oradour-sur-Glane est massacrée par la division SS Das Reich. Seul Roger, un garçon de 9 ans, survit. Régis Delpeuch raconte son histoire dans un roman baptisé « L’enfant d’Oradour », paru aux éditions Scrinéo.

« Je ne suis pas un héros. Je n’ai pas choisi d’être le gosse orphelin de Charly ni le petit rouquin rescapé d’Oradour-sur-Glane, comme on m’appelait là-bas ! Je préférerais que personne ne me connaisse ni à Limoges ni ici mais que mes parents, mes sœurs et mon petit frère soient encore vivants. » Le 10 juin 1944, Roger, un petit garçon de 9 ans survit au massacre d’Oradour-sur Glane, perpétré par la division SS Das Reich. Au total, 642 personnes ont péri, parmi lesquels 191 enfants. Régis Delpeuch relate dans « L’enfant d’Oradour », le témoignage du petit Roger, qu’il a recueilli auprès de ses filles, Claudine et Florence.

Se souvenir

Edité chez Scrinéo à l’occasion de la 75e commémoration du massacre, « L’enfant d’Oradour » est un roman historique qui se lit dès l’âge de 10 ans. De l’expulsion de sa famille en Moselle en novembre 1940 au massacre, en passant par le quotidien de la famille Godfrin dans le village, Régis Delpeuch embarque le lecteur dans une histoire éprouvante, au cœur du village-martyr, devenu aujourd’hui un musée-mémorial. En fin de récit, un cahier documentaire est disponible pour aider le lecteur à mieux contextualiser l’histoire. Il raconte le déroulé de la terrible journée, dresse le bilan des victimes et des survivants et explique la transformation d’Oradour-sur-Glane après guerre. Pour ne jamais oublier.

0 Comments
Articles Littérature / Comics récents
After 2 : After we collided se dévoile
La sélection littéraire du mois : décembre 2020
HBO Max officialise l’adaptation des comics DMZ
Stephenie Meyer annonce d’autres projets autour de Twilight
La tournée des prix littéraires
Articles Littérature / Comics populaires
A vos commentaires

pulvinar quis, massa felis neque. at mattis quis