Festival de Cannes 2019 : le palmarès

Crédit Photo : DR / The Jokers Films

Le 25 mai, le 72e Festival de Cannes s’est clôturé en beauté, avec la remise de la Palme d’Or au réalisateur Bong Joon-Ho pour son film « Parasite ». Retour sur le palmarès qui n’a pas fait que des heureux.

C’est bredouille que sont repartis Terrence Malick, Ken Loach et Quentin Tarantino de la 72e édition du Festival de Cannes. Ces derniers ont en effet quitté la Croisette les mains vides lors de la cérémonie de clôture le 25 mai dernier, si l’on fait exception du « Palm dog » décerné à la chienne de Brad Pitt, jouant dans « Once Upon on Time in Hollywood ».

Les prix incontournables

D’autres, au contraire, ont brillé par leur talent. Le réalisateur Bong Joon-Ho a obtenu la Palme d’Or pour son film « Parasite », qui sortira dans les salles françaises le 5 juin. La réalisatrice de « Portrait de la jeune fille en feu », alias Cécile Sciamma a quant à elle, reçu le prix du scénario. De son côté, Ladj Ly a remporté le prix du jury pour « Les Misérables ». Le Grand Prix du Festival de Cannes 2019 a sacré « Atlantique » de la réalisatrice Mati Diop. Les droits de distribution du film ont d’ailleurs été achetés par la plateforme Netflix, soit une double consécration.

Les acteurs pas en reste

Côté acteurs, Antonio Banderas a été récompensé du prix de l’interprétation masculine pour son rôle dans « Douleur et gloire » de Pedro Almodovar. Chez les femmes, c’est Emily Beecham qui s’est distinguée du lot et qui a reçu la récompense féminine pour son jeu dans « Little Joe » de Jessica Hausner. A noter que la Caméra d’Or a été remise à « Nuestra madres » de César Diaz et qu’une Mention Spéciale a été décernée à Elia Suleiman pour « It must be heaven ».

0 Comments
Articles Cinéma récents
Sept Anecdotes sur la trilogie du Seigneur des Anneaux
Twilight : Ashley Greene présente à la convention virtuelle Spooky Con
Amy Acker (Angel, Person of Interest) annoncée à l’événement Empire’s Virtual Hangout 3
Peter Facinelli (Twilight, Fastlane), premier invité de la convention virtuelle Spooky Con
Critique : Le Diable, Tout le Temps
Articles Cinéma populaires
A vos commentaires

amet, et, dolor. porta. ipsum ultricies Curabitur quis,