Pannonica, la Baronne du jazz

Pannonica, la Baronne du jazz

Crédit Photo : DR

Aux éditions Steinkis, c’est un véritable biopic qui attend les lecteurs. « La Baronne du Jazz », alias Pannonica de Keonigswarter, écrit et illustré par Stéphane Tamaillon et Priscilla Horviller, raconte l’histoire d’une femme hors normes, qui a défié toutes les conventions de son époque.

Rien ne prédestinait Pannonica de Koenigswarter à devenir LA baronne du jazz. Fille du banquier Charles de Rothschild, sa vie de femme de diplomate ne convient guère à son côté aventurier. C’est au sein des clubs de jazz de Manhattan qu’elle trouve enfin un sens à sa vie. Dès lors, Pannonica se lie d’amitié avec les plus grands musiciens de l’époque : Charlie Parker, Art Blakey et Thelonious Monk, avec lequel elle mène une relation très mouvementée. Cela lui vaut d’ailleurs d’être rejetée par sa famille et de faire régulièrement la Une de la presse people.

Une rencontre bouleversante

Disponible aux éditions Steinkis, la bande dessinée « La Baronne du jazz » de Stéphane Tamaillon et Priscilla Horviller est un biopic à la fois drôle et résolument moderne. Embarquant le lecteur dans l’univers du jazz, l’ouvrage nous délivre le portrait d’une femme méconnue, dont la rencontre avec le roi du be-bop va bouleverser sa vie à tout jamais. Première BD pour Priscilla Horviller, Stéphane Tamaillon, lui, n’en est pas à son premier coup d’essai. Leur duo fonctionne à merveille et cela se ressent à travers les pages, au récit rondement bien mené et au trait très contemporain.

Publié le 4 février 2020 par - Dernière mise à jour le 4 février 2020

Articles Littérature / Comics récents

La France déclare son amour à la bande dessinée
Dan Fogler, Kaamelott, Seiji Mizushima, … : le plein d’annonces pour Paris Manga & Sci-Fi Show 29
Bubble App : l’appli chouchou des lecteurs de BD
10 romances pour retomber amoureux
« Tous nos jours parfaits » sur Netflix

Articles Littérature / Comics populaires

A vos commentaires

neque. nec accumsan suscipit Curabitur Aliquam consectetur quis, mattis in amet,