Un livre au nom de l’amitié

Le 8 janvier 2019, Florian Rosamilia perd son meilleur ami, Alexandre, à l’âge de 27 ans. Ce dernier est décédé des suites d’une tumeur cérébrale. Pour pallier au manque mais aussi pour se libérer, le jeune homme écrit un livre. Aujourd’hui, il auto-édite au format numérique « Amitié avec un grand Alexandre », dont les bénéfices sont reversés à l’Association pour la recherche des tumeurs cérébrales de Lorraine.

Crédit Photo : Florian Rosamilia

Au mois de mai, on célèbre la Fête du Travail, l’Ascension, l’armistice du 8 mai 1945, mais saviez-vous que c’est aussi le mois où le public est sensibilisé aux tumeurs cérébrales ? Florian Rosamilia, est une victime collatérale de cette maladie. Le 8 janvier 2019, celui-ci a perdu son meilleur ami, Alexandre, décédé de ce type de tumeur, à l’âge de 27 ans seulement. Avec le temps, le Lorrain a couché ses pensées sur le papier. Une sorte d’exutoire mais aussi un moyen de mettre des mots sur cette amitié fusionnelle. Les paragraphes s’enchaînent et se transforment en un livre : « Amitié avec un grand Alexandre », auto-édité en avril 2020. Un récit tout en émotions, qui raconte un lien fort entre deux hommes, des souvenirs mémorables, mais aussi les derniers moments et l’après. Rencontre avec l’auteur de cet ouvrage peu ordinaire.

Roster Con : Quel a été le déclic pour écrire « Amitié avec un grand Alexandre » ?

Florian Rosamilia : En réalité, il n’y a pas réellement eu de déclic, cela s’est fait plus ou moins instinctivement. Face à l’adversité de la vie, j’aime me retrouver devant ma feuille et y inscrire mes pensées du moment. C’est en quelque sorte ma manière d’évacuer le surplus d’émotions engrangées. Au fil du temps et face à l’abondance des lignes présentes sur mon bloc-notes, j’ai soudain voulu mettre de l’ordre dans mes écrits. Je me suis alors penché sur la chronologie de l’histoire et sur le sens que je voulais lui donner. Quelques semaines plus tard, lors d’une énième relecture, la sensation d’aboutissement était là. « Amitié avec un grand Alexandre » voyait le jour.

Aviez-vous déjà écrit auparavant ?

Il m’arrive fréquemment de me munir d’un stylo et de laisser mes pensées prendre le contrôle de ma feuille. Généralement celle-ci comporte plus de ratures que de paragraphes. Toutefois, j’ai plaisir à mettre des mots en images, à donner du relief à des instants de vie, du moins j’essaye de le faire du mieux possible. Ce livre est une première pour moi et face à l’enthousiasme des premiers lecteurs, cela ne peut me donner qu’envie de réitérer la chose d’ici quelque temps.

Pourquoi avoir décidé de publier ce livre qui est, disons-le, plutôt intime ?

En toute transparence, il n’était pas prévu de rendre celui-ci public. Ce sont les parents d’Alexandre qui m’ont convaincu. Inconsciemment, je ne pensai pas que mon histoire intéresserait beaucoup de monde. Il faut croire que j’avais tort. Aujourd’hui encore je n’arrive toujours pas à mesurer l’ampleur qu’a pris ce projet. Ce récit c’est avant tout l’histoire d’une amitié mais par la même occasion d’un combat, d’une bataille contre la vie, le temps, la peine. A mon sens, l’intimité met en lumière l’authenticité de l’instant et de la personne.

Avez-vous recours à l’auto-édition ? Comment cela s’est-il déroulé ?

Afin de donner une envergure supplémentaire à ce projet, j’ai décidé d’auto-éditer cette histoire. C’est sur Internet que j’ai trouvé un site me permettant de transformer mon modique fichier Word en un livre de poche à l’allure quasi-similaire à ceux présents en librairie. Il m’a suffi de passer commande pour recevoir celui-ci deux semaines plus tard. Bien entendu, nous sommes bien loin de l’aspect d’un Bestseller, il est même possible que mon amateurisme ait laissé passer plusieurs fautes d’orthographe mais ce n’est pas le plus important. Ce livre ne me rapporte aucun bénéfice, en l’achetant vous faites un don pour une association qui en a besoin et l’essentiel est là.

Pouvez-vous nous en dire plus sur l’Association pour la recherche des tumeurs cérébrales (ARTC) de la délégation Lorraine ?

La délégation Lorraine a vu le jour en 2014, suite au décès du fils de la présidente, Nathalie Mouttet, d’une tumeur cérébrale. L’objectif est de sensibiliser le public à cette cause. Bien évidemment les fonds sont dédiés à la recherche et au confort des patients. En Lorraine, l’association collabore avec la neuro oncologie de Nancy, avec le Centre de Recherche en Automatique de Nancy (CRAN). Le livre au format numérique est au tarif de douze euros et ’intégralité des recettes seront reversés à l’ARTC Lorraine.

Où peut-on trouver votre ouvrage ?

« Amitié avec un grand Alexandre » est actuellement disponible en format numérique. Pour acquérir celui-ci il suffit de m’envoyer un petit message via Facebook sur le groupe du même nom que l’ouvrage ou directement par le biais d’un e-mail à l’adresse suivante : contact.florian.rosamilia[at]gmail.com.

Publié le 4 mai 2020 par - Dernière mise à jour le 4 mai 2020

Articles Interviews récents

« Orazio », le premier roman de Christophe Matho
Un livre au nom de l’amitié
Elsa Levy : « J’ai eu envie d’expérimenter l’auto-publication »
Le « Crèche-test » de Matthieu Robet
« L’occasion de lire » : le site pour la littérature à petits prix

Articles Interviews populaires

A vos commentaires

dictum vel, ut mi, libero elit. consequat. at ipsum mattis in