Le Réseau Alice ou l’histoire du plus grand réseau d’espionnage de la Première Guerre Mondiale

Crédit Photo : Editions Hauteville

Alors que la Première Guerre Mondiale s’est achevée il y a plus de 100 ans, les Editions Hauteville publieront le 20 janvier prochain « Le Réseau Alice » de Kate Quinn. Derrière cet ouvrage, se cache l’histoire vraie du plus grand réseau d’espionnage de la Grande Guerre.

En 1918, entre l’Allemagne, la France et la Grande-Bretagne, plus de 300 réseaux d’espionnage existent. Dès janvier 1915, Louise de Bettignies a la charge du Réseau « Alice ». Si à ses débuts, celui-ci ne compte qu’une quarantaine de membres, les effectifs vont doubler dès le printemps. Composé d’hommes et de femmes de toutes conditions sociales, les adhérents surveillent les trains, repèrent les emplacements des batteries d’artillerie, des dépôts de munitions… Le Réseau Alice fut une source d’informations inestimable pour les britanniques. Aujourd’hui, les historiens estiment qu’il a sauvé la vie à plus d’un millier de soldats anglais durant sa pleine activité.

Lutter contre l’ennemi

Aux Editions Hauteville, on a bien compris l’importance de cette histoire. Preuve en est avec la publication prochaine du roman éponyme de Kate Quinn, le 20 janvier 2020. On y suit Eve Garnier, en 1915, qui est recrutée comme espionne. Envoyée dans le nord de la France sous domination allemande, elle est formée par l’intrépide Lili, nom de code : Alice, qui dirige un vaste réseau d’agents secrets. Les deux jeunes femmes s’emploient chaque jour à lutter contre l’ennemi au péril de leur vie. Trente ans plus tard, hantée par la trahison qui a provoqué le démantèlement du Réseau Alice et la mort de Lili, Eve, devenue alcoolique, vit recluse. Jusqu’au jour où Charlie, une jeune étudiante déterminée, tape à sa porte pour lui demander de l’aider à retrouver sa cousine. Celle-ci a disparu en France pendant la dernière guerre, après avoir été serveuse dans un restaurant appelé Le Léthé. Le nom de ce restaurant, dont Eve n’a pas entendu parler depuis qu’elle-même y a travaillé sous couverture pendant la Grande Guerre, éveille en elle la lueur d’un espoir… celui de la revanche. L’auteure, Kate Quinn, passionnée d’histoire depuis toujours, a rencontré de belles critiques à l’occasion de la sortie de ce roman. Sûr que nous allons encore entendre parler d’elle.

0 Comments
Articles Littérature / Comics récents
La Maison Victor Hugo à Paris rouvre ses portes
Hibook : Le spécialiste du marque-page
« Mortelle Adèle » bientôt sur le petit écran
« Magic Friends » : La BD où les dessins prennent vie
Quiz : Joël Dicker et son œuvre
Articles Littérature / Comics populaires
A vos commentaires

id Donec odio tempus amet, neque. nec vel, ut non