Trouvez un événement

« Comment devenir le prochain Marc Levy ? », les conseils rocambolesques d’Arnaud Demanche

Publié le 27 avril 2016 par - Crédit Photo : DR

On a tous ou presque rêvé un jour de sortir un best-seller. Mais comment s’y prendre ? Arnaud Demanche, humoriste et chroniqueur, a décidé de se pencher sur le sujet et nous livrer des clés, façon second degré, dans son ouvrage intitulé « Comment devenir le nouveau Marc Levy ? » Rencontre.

Roster Con : Humoriste, chroniqueur à la radio et maintenant écrivain, vous êtes sur tous les fronts ?
Arnaud Demanche : Disons plutôt que j’ai une nouvelle marotte tous les 6 mois. En ce moment, j’aimerais aussi me lancer dans la menuiserie, le piano, la pêche et les sports de combats. Ça va faire des grosses journées, mais avec deux shakers de PROTEIMUSCLES XXL POWER FLASH, je devrais tenir.

Qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire « Comment devenir le nouveau Marc Levy » ?

Je joue déjà un spectacle sur scène où je deviens progressivement le nouveau Schwarzenegger. Mais il n’y a pas que le corps qui compte, il y a aussi l’esprit. Du coup, j’ai eu envie de me nourrir spirituellement, et Marc Levy s’est imposé. Et puis je suis comme tout le monde : moi aussi, j’ai démarré l’écriture d’un ou deux romans, et moi aussi j’ai abandonné en cours de route. Pour m’expliquer cet échec, j’ai donc décortiqué la méthode qui fait de soi un romancier.

A la lecture de votre ouvrage, il semblerait que vous aviez plusieurs personnalités dans le collimateur, à l’instar de Jean-François Copé, Eric Zemmour ou encore Nabilla ; est-ce vraiment le cas ?
Nabilla, je l’aime bien : elle a des gros seins et elle poignarde les gens qui font Secret Story, il m’en faut pas plus pour l’apprécier. Et je la vanne à peine dans le bouquin. Zemmour, c’est à la mesure de son omniprésence médiatique, et surtout de l’aigreur qu’il dégage. Dans Terminator 2, on voit un moment du métal liquide s’agglomérer pour se solidifier, se redresser et devenir le T1000. Pour moi, Zemmour, c’est ça, mais avec de la bile. Et ce n’est même pas une question de positionnement politique, il y a des gens qui partagent ses opinions qui ont une personnalité plus sympathique (comme on trouve des gens très antipathiques chez ses adversaires). Quant à Jean-François Copé, c’est une telle caricature du politicien pleurnichard, combinard, vaniteux et déconnecté que c’est un plaisir de jouer avec.

Selon vous, qu’est-ce qui fait réellement le succès d’un livre ?
Ça dépend dans quelle temporalité on se place. En ce moment, un bon titre et un bon plan de communication suffisent à assurer de grosses ventes dans un temps très court. Le contenu est anecdotique. Mais pour un livre qui connait plusieurs rééditions, voire qui devient un classique, heureusement, c’est encore le talent de l’écrivain qui en fait le succès.

Quel est votre livre préféré ?
Trois Hommes dans un Bateau. C’est l’histoire de trois gus absolument pas dégourdis, anglais du XIXème siècle, qui décident d’aller camper au bord de la Tamise. So british, so tête de nœud, my dear.

Croyez-vous en l’auto-édition ?
Ça dépend de quel point de vue on se place. Si j’avais une boîte d’auto-édition, c’est sûr que je ne pourrais pas faire autrement que d’y croire. J’aurais déjà six maisons, trois piscines et deux yachts. En tant qu’écrivain, si j’étais passé par l’auto-édition, j’aurais chez moi 30 cartons de bouquins invendables. Je pense qu’en l’état actuel des choses, c’est surtout une escroquerie légale. Déjà avec un éditeur, c’est la guerre au niveau de la distribution, alors sans aucun accompagnement…
Et seconde raison, je ne crois pas au talent méconnu. Je pense que si un écrivain a vraiment du talent, un éditeur le repérera au bout d’un moment. Ce qui ne veut pas dire que tous les livres publiés sont l’œuvre d’auteurs de talent.

Est-ce qu’à votre tour vous souhaiteriez écrire un roman et devenir ainsi le nouveau Marc Levy ?
J’ai tenté. J’ai pas fini. Mais je ne l’exclus pas, un bon roman avec des blogueuses mode qui se lovent dans des coussins en serrant contre elles des chiens ultra-design, pendant qu’un chirurgien cardiaque voit le fantôme de sa femme dans le cœur des cosmonautes qu’il opère dans la station MIR, pourquoi pas… Il faudrait y rajouter un soupçon de sado-masochisme soft et un nain alcoolique avec une épée, et je suis sûr qu’on tiendra un best-seller.

Articles Interviews récents

A la rencontre de la créatrice de la box « Enchantement des Livres »
Barbara Hershey : « En tournage, Woody Allen n’aime pas parler du script ni des personnages »
Sean Maguire : « j’ai signé pour le même label que les Beatles »
John Barrowman : « Mon derrière everywhere »
A la rencontre de la créatrice de la box Pick-a-Book

Articles Interviews populaires

Sorry. No data so far.

A vos commentaires

Retrouvez tous les produits dérivés de vos films et séries préféré(e)s sur notre boutique »

Ce site utilise des cookies pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à l'utilisation des cookies. En savoir plus

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer