600 heures avec un Asperger

Dans le roman « 600 heures dans la vie extraordinaire d’Edward Stanton » paru aux éditions Milady, le lecteur se plonge dans le quotidien d’un homme atteint du syndrome d’Asperger. Une histoire profondément humaine qui met en lumière une forme d’autisme.

« Je n’ai pas trouvé Dieu. Entre nous, je doute que cela puisse arriver à qui que ce soit. M’est avis que lorsqu’une personne déclare avoir trouvé Dieu, elle n’entend pas nous faire croire l’avoir trouvé comme on découvre une pièce sur le trottoir ou quelque autre objet tangible, non : je pense qu’elle cherche surtout à nous faire comprendre qu’elle a trouvé une sorte de paix intérieure. » C’est avec ce genre de constat que s’ouvre le roman « 600 heures dans la vie d’Edward Stanton » de Craig Lancaster. Paru aux éditions Milady le 16 août, l’ouvrage a pour personnage principal un homme atteint du syndrome d’Asperger et de troubles obsessionnels compulsifs.

Un roman riche en émotions

Edward a 39 ans et ses journées sont rythmées de manière très stricte entre sa consultation chez le psy, le visionnage de sa série préférée et la peinture de son garage. Mais lorsqu’une nouvelle voisine emménage en face de chez lui avec son fils de 9 ans, c’est tout son emploi du temps qui est remis en question. Car, en faisant la connaissance de Donna, Edward s’expose aux joies et aux peines que peuvent être l’amitié.

Avec ce récit, Craig Lancaster a obtenu le High Plains Book Award. Contrairement à bon nombre de romans sur l’autisme, le personnage dépeint par l’auteur est un adulte. Le sujet, bien que délicat est traité avec justesse, et l’histoire se révèle aussi drôle qu’émouvante. Vous pourriez bien vous habituer aux routines bien ancrées d’Edward et vous y attacher.

0 Comments
Articles Littérature / Comics récents
Hibook : Le spécialiste du marque-page
« Mortelle Adèle » bientôt sur le petit écran
« Magic Friends » : La BD où les dessins prennent vie
Quiz : Joël Dicker et son œuvre
Louise Glück, Prix Nobel de littérature
Articles Littérature / Comics populaires
A vos commentaires

ut consectetur venenatis, Donec dolor Nullam mattis ut accumsan suscipit leo